Site icon Cuisine blog

Comment savoir si le champagne est de bonne qualité ?

Les meilleures marques de champagne

Source : Unsplash

En matière de champagne, les amateurs avertis le savent : tous les flacons ne se valent pas. Reconnaître un grand cru d’un produit plus ordinaire relève d’un véritable art qui se cultive au fil des dégustations. Mais comment alors s’y connaître lorsqu’on débute dans l’univers des champagnes ?

La robe, premier indice de distinction

Avant même de humer les arômes délicats d’un champagne, son apparence visuelle offre de précieux indices sur sa qualité, permettant de reconnaître les meilleurs marques de champagne. Une grande cuvée se reconnaît à sa robe d’un joli jaune doré, limpide et étincelante, qui laisse échapper une fine corole de bulles fines et régulières. Un champagne trop pâle ou au contraire trop ambré peut trahir un défaut de vinification ou un vieillissement excessif. Le délicat jeu des bulles est lui aussi un critère essentiel qui différencie le grain du champagne d’appellation des bulles grossières des vins mousseux communs, révélant ainsi l’appartenance aux meilleures marques.

Le nez, ambassadeur d’une palette aromatique complexe 

C’est ensuite au nez que se révèle la véritable nature d’un grand champagne. Idéalement, le vin doit exprimer une riche palette d’arômes, alternant entre notes fruitées (agrumes, fruits jaunes, fruits rouges), notes fleuries (aubépine, tilleul) et notes plus minérales ou grillées dues au vieillissement sur lies. Un parfum trop simple, fade ou au contraire âcre et oxydatif traduit généralement une cuvée de moindre qualité. Les plus grands champagnes offrent quant à eux un bouquet complexe et harmonieux, révélant de nouvelles nuances à chaque inspiration.

En bouche, l’équilibre est roi

Mais c’est véritablement en bouche que se joue la quintessence du champagne. Un grand vin effervesce en une fine pluie de bulles à la fois crémeuses et vives, avec une belle tension acidulée qui apporte de la fraîcheur et de la droiture. Le corps doit être soyeux et élégant, avec des arômes qui épousent ceux perçus au nez, dans une longue finale persistante. L’équilibre reste la clé, entre rondeur, tension, fraîcheur et complexité aromatique. Un champagne bancal, soit trop maigre et acide, soit mollement doux, trahira une fabrication de moindre facture.

La méthode champenoise, gage de haute qualité

Au-delà des critères gustatifs, certains éléments techniques constituent de véritables marqueurs de la qualité d’un champagne. La méthode champenoise dite “traditionnelle”, qui consiste à provoquer une seconde fermentation dans la bouteille, reste ainsi la voie royale pour obtenir les bulles fines et la grande complexité aromatique tant recherchées. À l’inverse, les vins mousseux élaborés par simple gazéification manqueront cruellement de subtilité. Le temps de vieillissement avant dégorgement joue lui aussi un rôle essentiel : plus il sera long, plus le champagne gagnera en arômes de fruits confits et en notes grillées et minérales, gage des plus grandes cuvées.

Les cépages nobles, fers de lance de l’excellence 

Dans la région de Champagne, trois cépages règnent en maîtres pour l’élaboration des plus grandes cuvées : le chardonnay, qui apporte finesse, élégance et arômes délicats ; le pinot noir, avec sa structure tannique et ses notes de fruits rouges ; et le pinot meunier qui distille rondeur et fruité. Les maisons les plus prestigieuses mettent un point d’honneur à n’utiliser que ces trois cépages nobles en diverses proportions, quand certains champagnes d’entrée de gamme n’hésitent pas à incorporer d’autres cépages comme l’auxerrois ou le pinot blanc.

Le terroir, signature des grandes maisons

Pour atteindre les sommets de la qualité, le champagne se doit également d’exprimer son terroir d’origine, ce merveilleux équilibre entre le sol, le sous-sol, le climat et le savoir-faire de l’homme. Les plus grandes maisons tirent ainsi leur réputation des parcelles d’exception qu’elles exploitent, à l’instar des grands crus issus des villages les plus réputés comme Reims, Épernay, Aÿ ou Le Mesnil-sur-Oger. Cet ancrage terrien apporte aux champagnes d’appellation une signature unique et une complexité incomparable.     

Affiner son palais

Bien entendu, reconnaître tous ces marqueurs de la qualité exige une solide expérience et un palais affûté par la dégustation régulière. Comparer différents champagnes, de différents producteurs et millésimes, constitue la meilleure voie pour affiner sa perception des arômes et développer son expertise. Nombre de maisons proposent d’ailleurs des ateliers d’initiation pour parfaire sa technique. Avec de la curiosité, de la persévérance et beaucoup d’amour pour le célèbre vin pétillant, tout amateur peut espérer un jour devenir un fin connaisseur des plus grandes bulles champenoises.

Quitter la version mobile